Santé Montréal

- Public, Health Services, News, Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)

La pathologie numérique: une vision d’avenir

Dre Nguyen

Pouvez-vous imaginer un pathologiste sans son microscope? La Dre Bich Nguyen, chef du Département de pathologie du CHUM, a pourtant cette vision avant-gardiste. Grâce à un partenariat avec une firme de techniques d’imagerie de pointe en biopathologie, le CHUM a officiellement lancé son virage numérique en mars 2017. Un changement de pratique audacieux dont les avantages sont nombreux.

Une révolution au bénéfice du patient et des équipes médicales

La pathologie consiste à analyser des pièces de biopsie ou de tissus pour étudier les maladies, leur cause, leur mode d’évolution et leur pronostic. Ces éléments sont déposés sur des lames de verre que les pathologistes examinent au microscope. Dans la dynamique d’innovation du CHUM, la numérisation des lames de verre, qui deviennent des lames virtuelles, ouvre une foule de nouvelles avenues pour la recherche, l’enseignement, la collaboration interprofessionnelle et la télémédecine.

Pour la Dre Nguyen, les avantages de la pathologie numérique tombent sous le sens. «Un microscope, c’est lourd et encombrant à déplacer! Les images numérisées sont tout aussi précises et tout aussi belles. On peut les analyser à l’ordinateur en temps réel, en comité d’experts, dans des lieux différents et même dans des pays différents.» Durant une opération chirurgicale, il arrive qu’un pathologiste doive se déplacer pour procéder à une analyse et donner son avis d’expert. Le fait qu’il puisse le faire à distance aide à réduire le temps d’attente pour le patient et, dans certains cas, évite de devoir reporter l’opération.

Un partenariat de recherche-développement avec TRIBVN Healthcare

Dans le contexte de la centralisation des activités de laboratoire au nouvel hôpital, le CHUM a opté pour une solution qui favorise non seulement la transition vers un diagnostic-écran de l’activité de pathologie, mais qui permet aussi de développer de nouveaux algorithmes d’aide à l’interprétation des images. «Le CHUM cherchait un partenaire capable de déployer rapidement une solution complète et opérationnelle de la prise en charge clinique et aussi d’accompagner ses équipes dans la gestion du changement et dans ses travaux de recherche,» explique Martin Demers, directeur des services multidisciplinaires du CHUM.

La solution proposée par le leader TRIBVN Healthcare a été déployée dès l’automne 2016 et mise en service en mars 2017. Ainsi, plusieurs appareils Hamamatsu ont été installés et sont en mesure de numériser chacun, à haut débit, plusieurs centaines de lames par jour. Le logiciel CaloPix, fourni par TRIBVN Healthcare, est intégré au système de gestion du laboratoire et permet l’affichage des images depuis le dossier patient, l’indexation de ces dernières, ainsi que la création de listes de travail et d’impression.

Un système évolué au service de la médecine moderne

Le CHUM a obtenu les services de TRIBVN Healthcare à moindre coût en échange d’un partenariat de recherche-développement. Des études cliniques seront ainsi menées afin de valider cliniquement l’usage diagnostique de la solution logicielle CaloPix. Dans un contexte où la médecine personnalisée impose l’établissement d’un diagnostic de plus en plus précis et complexe, notamment avec la validation de biomarqueurs, la pathologie numérique devient un outil incontournable.

«À terme, explique la Dre Nguyen, la pathologie numérique au CHUM contribuera à une plus grande productivité, une meilleure fiabilité diagnostique, une bonne traçabilité des échantillons ainsi que des économies à la fois financières et en temps-médecin. Le flux de travail sera simplifié et des outils innovants seront lancés pour une meilleure prise en charge diagnostique du patient. La pathologie numérique est clairement la voie de l’avenir!»

 

Source : Centre hospitalier de l'Université de Montréal

Public, Health Services, News, Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)