Santé Montréal

- Actualités, Population, Prévention, Santé des hommes, Santé des femmes, Santé de A à Z, Services de santé, Services sociaux

Inauguration de trois services d'injection supervisée à Montréal

 

En vue de veiller à la santé et à la sécurité des personnes qui vivent en situation de grande vulnérabilité, la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, madame Lucie Charlebois, en compagnie du secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, du député fédéral de Louis-Hébert, monsieur Joël Lightbound et du maire de la Ville de Montréal, monsieur Denis Coderre, a aujourd'hui procédé à l'inauguration de trois services d'injection supervisée sur le territoire montréalais, soit deux sites fixes et une unité mobile.

Les services d'injection supervisée sont offerts depuis le 19 juin dernier par trois organismes montréalais : Dopamine et CACTUS-Montréal, qui disposent d'un local fixe, et L'Anonyme, qui est constitué d'une unité mobile. Ce type de service consiste en un espace où les usagers de drogues par injection peuvent venir s'injecter des drogues qu'ils apportent eux-mêmes dans de bonnes conditions d'hygiène et de sécurité, sous la supervision de personnel infirmier et d'intervenants de ces trois organismes. L'ensemble de ces services sera sous la responsabilité du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, en étroite collaboration avec le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, où est implanté l'organisme Dopamine.

Citations

« Cette initiative démontre à quel point nous avons à cœur de soutenir les personnes les plus vulnérables de notre communauté. À l'aide des services d'injection supervisée, nous serons en mesure d'offrir des services de santé à des personnes qui fréquentent très peu ou pas du tout le réseau de la santé et des services sociaux et nous limiterons par le fait même les méfaits liés à l'utilisation de drogues tout en contribuant à protéger la santé de toute la population. »

Lucie Charlebois,  ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie

« Je suis très fière de voir se concrétiser ce projet mis en œuvre par des organismes québécois, en collaboration avec le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et le gouvernement du Canada.  Les données probantes canadiennes et internationales démontrent que, lorsqu'ils sont bien gérés, les sites de consommation supervisée peuvent sauver des vies. Ils sont un élément clé d'une approche globale pour la politique en matière de drogues. »

Jane Philpott, ministre de la Santé du Canada

« Le déploiement de ce nouveau service est un véritable gain pour la population montréalaise. Non seulement cela permettra de soutenir de nombreuses personnes vulnérables, mais cela rendra également certains secteurs de notre ville encore plus sécuritaires, en favorisant une cohabitation harmonieuse entre les citoyens, dans une optique d'inclusion, de respect et de prévention en matière de santé et de sécurité publiques. »

Denis Coderre, maire de la Ville de Montréal

Faits saillants

Un soutien financier de 12 M$ sur trois ans a été accordé par le Gouvernement du Québec afin de permettre le soutien et la mise en place des services d'injection supervisée.

Les services d'injection supervisée ont de nombreux effets bénéfiques sur les populations des milieux où ils sont implantés. Ils permettent notamment :

  • de prévenir la propagation des infections transmissibles par le sang;
  • de réduire les décès et les surdoses liés à l'injection de drogues;
  • de joindre les personnes qui s'injectent des drogues les plus à risque;
  • et de réduire les nuisances suscitées par la consommation de drogues dans l'espace public.

Rappelons que les trois organismes ont obtenu une exemption du Bureau des substances contrôlées de Santé Canada au cours des mois de février et de mai, et ce, en vertu de l'article 56 de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.

Un autre point de services d'injection supervisée, celui de l'organisme Spectre de rue, est présentement en cours de préparation. 

Consultez le communiqué
Services d'injection supervisée

 

Source : Cabinet de la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie 

catégories: Actualités, Population, Prévention, Santé des hommes, Santé des femmes, Santé de A à Z, Services de santé, Services sociaux