Santé Montréal

Infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS)

Cliquer pour fermer l'accordéon

Cliquer pour ouvrir l'accordéon

Description

Les infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS), ou les maladies transmises sexuellement (MTS), affectent la santé en général, le bien-être et la capacité reproductrice des personnes affectées. Les comportements sexuels risqués peuvent augmenter vos chances d'attraper une ITSS.

Les infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS) comprennent la chlamydia, la gonorrhée, la syphilis infectieuse, le virus de l’hépatite C, le virus du papillome humain (verrues génitales), l'herpès et le VIH.

Ces infections se propagent rapidement et leur nombre est en constante augmentation. Certaines personnes infectées ne présentent pas de symptômes. Elles peuvent ainsi transmettre la maladie sans le savoir.

Les conséquences des ITSS pour la santé sont importantes : infertilité, cancer, douleurs abdominales chroniques, infection du nouveau-né, anxiété, etc.

Il existe plusieurs façons de se protéger au moment d'avoir des relations sexuelles avec un partenaire. Renseignez-vous sur les méthodes les plus efficaces auprès d’un médecin, d’une infirmière ou d’un pharmacien

Haut de page

Symptômes

Haut de page

Quand consulter

Haut de page

Complications

Haut de page

Protection et prévention

  • Utiliser un condom lors de chaque relation sexuelle avec pénétration du pénis dans l’anus, le vagin ou la bouche
  • Diminuer le nombre de ses partenaires
  • Ne pas partager le matériel d’injection de drogues
  • Passer un test de dépistage régulièrement

Vous devriez d’abord consultez un professionnel de la santé afin de subir un test de dépistage et si votre analyse s’avère positive, on vous expliquera ensuite les étapes à suivre. Vous devrez également avertir vos partenaires.

Le test de dépistage

Le test de dépistage d'une ITSS est effectué par un professionnel autorisé du réseau de la santé et des services sociaux pour détecter la présence d'une ITSS chez une personne qui n'a pas de symptômes. En règle générale, ces tests se font à l'aide :

  • d'une prise de sang
  • de prélèvements de sécrétions génitales
  • d'échantillons d'urine

Certaines infections, comme l'herpès et les condylomes, ne peuvent pas être détectées au moyen d'un test de dépistage.Le diagnostic pour ces infections est souvent fait par le médecin simplement en questionnant et en regardant les lésions.

Quand devrait-on passer un test de dépistage ?

Il convient de demander des tests de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang :

  • après toute relation sexuelle à risque pratiquée sans condom,
  • après avoir partagé une seringue ou du matériel d'injection.
  • lorsqu’un couple stable souhaite cesser d'utiliser le condom
  • lorsqu’une femme prévoit une grossesse

Que faire si les résultats sont positifs?

  • Prendre contact avec un médecin pour une évaluation médicale 
  • Avertir ses partenaires 
  • S’abstenir de toutes relations sexuelles jusqu’à ce qu’un test de contrôle confirme la guérison (pour les infections guérissables) ou utiliser un condom lors de chaque relation sexuelle avec pénétration du pénis dans l’anus, le vagin ou la bouche 
  • Passer un test de contrôle après le traitement dans le cas des infections pouvant être traitées
  • Discuter avec ses partenaires des moyens de se protéger lors des prochaines relations sexuelles

Que faire si les résultats sont négatifs?

Il peut s’écouler plusieurs semaines entre le moment où on attrape l’infection et le moment où le test devient positif.

Informer ses partenaires

Il est important d’informer rapidement ses partenaires. Ils doivent être traités même s’ils n’ont pas de symptôme et parfois même si le résultat de leur test est négatif.

Quels partenaires informer ?

Selon l’ITSS qu’on a contracté, les partenaires à avertir peuvent aller de ceux des 3 derniers mois à ceux remontant à plusieurs années.

Pour trouver les bons mots et avoir confiance en soi, il peut être utile de :

  • discuter avec un ami ou un médecin de la meilleure manière d’avertir ses partenaires
  • se pratiquer avant de communiquer avec ses partenaires.

Des dépliants sur votre ITSS peuvent être remis aux partenaires. Ils pourront ainsi s’informer et connaître les ressources offrant le dépistage et le traitement dans leur secteur.

Plusieurs choses peuvent empêcher d’avertir un(e) partenaire :

  • «je ne sais pas quels partenaires avertir»
  • «je suis trop gêné(e) et j’ai peur des réactions»
  • «je veux éviter de revoir la personne ou de lui parler»
  • «je n’ai pas les coordonnées pour rejoindre la personne»
  • «j’ai averti la personne mais je n’ai pas réussi à la convaincre de l’importance de consulter un médecin»

Il n’est pas toujours facile d’informer ses partenaires. Le médecin ou l’infirmière peuvent aider à identifier les partenaires à informer et conseiller sur la manière de les avertir.

Dans la plupart des régions du Québec, un professionnel de santé publique spécialisé dans les ITSS peut aider à trouver des façons de parler aux partenaires. Il peut aussi les contacter de façon confidentielle, sans révéler l’identité de la personne infectée.

Pour plus d’informations, appeler la Direction de santé publique de sa région.

À Montréal, pour obtenir du support communiquer avec un professionnel de la santé en composant le 514 528-2464, ligne téléphonique directe et confidentielle.

Haut de page

Facteur de risques

Haut de page

Aide et ressources

Dépistage du VIH-SIDA et des ITSS 

Les services de dépistage du VIH/SIDA et des autres infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) sont offerts gratuitement et en toute confidentialité dans les centres intégré universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS). Vous pouvez aussi obtenir des renseignements, des conseils ou un accompagnement concernant les ITSS.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec votre CLSC.

Où se renseigner afin de passer des tests de dépistage des ITSS?

Pour toute question au sujet des tests de dépistage des ITSS, vous pouvez communiquer avec une infirmière du service Info-Santé en composant le 811 ou avec votre médecin.

Il est également bon de savoir que  les CLSC, les SIDEP (Services intégrés de dépistage et de prévention des infections transmissibles sexuellement et par le sang) et plusieurs cliniques médicales offrent, sur place, des tests de dépistage des ITSS.

Lignes d’écoutes et d’information

Info-Santé
La ligne Info-Santé (811) est disponible 24 heures par jour et 7 jours par semaine. Ils donnent accès à des infirmières qui fournissent de l'information et des conseils sur tout problème de santé ou de nature sociale, et qui peuvent au besoin orienter la personne vers les ressources les plus appropriées.

Gai écoute
Service d’aide et de renseignement à l’intention des personnes intéressées aux questions relatives à l’orientation sexuelle. 
1-888-505-1010 
Pour la région de Montréal : 514 866-0103 

Organismes communautaires

Rézo 
Prévention du VIH/sida auprès des hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes.

ACCM (Aids Community Care Montreal) 
Amélioration de la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH et prévention de la transmission du VIH. Services principalement offerts en anglais.

Gap-Vies 
Groupe d'action pour la prévention de la transmission du VIH et l'éradication du sida.

GEIPSI 
Groupe d’entraide à l’intention des personnes séropositives et itinérantes.

Maison Plein Cœur 
Prévention de la maladie et promotion de la santé chez les personnes vivant avec le VIH-SIDA.

Ce qu’il faut savoir au sujet des ITSS (Infections transmises sexuellement et par le sang) - l’Agence de santé publique du Canada
 Informations sur les ITSS
 Section ITSS de Santé Canada

 Site en anglais
 Center for Disease Control and Prevention. Sexually Transmitted Diseases – Treatment Guidelines 2006.

Haut de page

Traitements

Haut de page

Personnes à risques

Actuellement, il est recommandé que les personnes suivantes passent un test de dépistage :

  • Les personnes ayant un partenaire infecté par une ITSS
  • Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes
  • Les personnes qui partagent du matériel d’injection
  • Les personnes ayant eu des relations sexuelles avec un partenaire revenant d’un séjour dans un pays où les ITSS/VIH sont très fréquentes
  • Les personnes ayant eu des relations sexuelles avec un partenaire originaire d’un pays où les ITSS/VIH sont très fréquentes
  • Les travailleurs(ses) du sexe, leurs clients ou leurs partenaires
  • Les femmes enceintes

Ces personnes, si elles ont des relations sexuelles orales ou génitales non protégées avec plusieurs partenaires devraient être testées tous les 3 à 6 mois.

Consultez la fiche Clinique SIDEP +

Haut de page

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2015.05.22