Santé Montréal

Surdose (ou overdose) d'opioïdes

Cliquer pour fermer l'accordéon

Cliquer pour ouvrir l'accordéon

Description

Depuis le 1er août 2017, le nombre de surdoses et de décès par intoxication probable est plus élevé qu’attendu dans la région de Montréal.

Il n’est pas possible de conclure que le fentanyl est la cause de ces intoxications. Cependant, une activité de vigie (analyse d’échantillons d’urine de consommateurs de drogues) confirme la présence du fentanyl à Montréal.

Que sont les opioïdes?

Les opioïdes sont des substances tirées du pavot à opium ou des analogues de synthèse ayant des effets similaires. Citons, par exemple :

  • Codéine
  • Fentanyl
  • Héroïne
  • Hydromorphone (DilaudidMD, Hydromorph ContinMD)
  • Méthadone (SuboxoneMD)
  • Morphine
  • Oxycodone (OxyContinMD)
  • Tramadol

Les opioïdes sont susceptibles de provoquer une dépendance caractérisée par :

  • un puissant désir de consommation du produit;
  • l’altération de la capacité d’en contrôler l’utilisation;
  • la poursuite de la consommation malgré ses conséquences délétères;
  • la priorité accordée à la consommation de la substance au détriment des autres activités et obligations;
  • une tolérance accrue et une réaction de sevrage en cas d’arrêt du produit.

Qu'est-ce que le fentanyl?

Le fentanyl est un narcotique 40 fois plus puissant que l’héroïne et 50 à 100 fois plus puissant que la morphine.

Cet opioïde est associé à des risques élevés de surdoses et de décès.

Il peut être vendu sous forme de poudre ou de comprimé, en tant qu’héroïne, cocaïne ou oxycodone ou être inclus dans leur composition.

Il produit des signes et des symptômes qui sont semblables aux surdoses par d’autres opioïdes.

Qu'est-ce qu'une surdose (ou overdose) ?

Une surdose est la consommation d’une dose excessive d’un médicament ou d’une drogue susceptible d’entraîner la mort. 

En raison de leur effet sur la partie du cerveau qui régit la respiration, les opioïdes consommés à haute dose peuvent provoquer une dépression respiratoire, voire la mort. Ils sont responsables d’une grande proportion d’overdoses mortelles dans le monde.

L’association «opioïdes + alcool + sédatifs» accroît les risques de dépression respiratoire et de décès, et on la retrouve souvent dans les overdoses ayant une issue fatale. 

Haut de page

Symptômes

Surdoses (ou overdoses) d’opioïdes : comment les reconnaître?

Une surdose d’opioïdes peut être identifiée par les signes et symptômes suivants :

  • la personne ne répond pas au bruit (lorsqu’on crie son nom) ou au toucher (inconscience);
  • somnolence;
  • respiration difficile très lente ou inexistante (dépression respiratoire);
  • lèvres bleutées et bout des doigts bleutés;
  • contraction des pupilles (pupilles petites, pinnées, i.e. en pointe d’aiguilles).
Haut de page

Quand consulter

Haut de page

Complications

Haut de page

Protection et prévention

Pour les utilisateurs de drogue et exposés à un risque plus élevé d’overdose aux opioïdes :

Pour les personnes proches des utilisateurs de drogues :

Haut de page

Facteur de risques

Haut de page

Aide et ressources

Naloxone

La naloxone est un médicament utilisé pour renverser les effets d'un surdosage d'opioïdes. Les effets de la naloxone sont temporaires. 

Trousse naloxone fermée Trousse naloxone ouverte

Au Québec, la naloxone est disponible sans ordonnance et gratuite dans toutes les pharmacies. Demandez au pharmacien.

Services d'injection supervisée

À Montréal, les utilisateurs de drogues sont encouragés à se rendre dans les services d’injection supervisée où du personnel peut intervenir en cas de surdose.

Consultez la section sur les services d’injection supervisée à Montréal.

Soutien médical et psychosocial

Ressources proposant des services de traitement de dépendance aux opioïdes :

CRAN
110, rue Prince-Arthur Ouest
Tél. : 514 527-6939
cran.qc.ca

Relais Méthadone
1015, rue Ste-Catherine Est
Tél. : 514 847-9300

Service Urgence-dépendance (24/7)
Tél. : 514 288-1515

Haut de page

Traitements

Haut de page

Personnes à risques

Haut de page

Éditée par : Santé publique.
Dernière mise à jour le : 2017.11.24