Santé Montréal

SIS

Ouverture du quatrième site d'injection supervisée à Montréal

À l'issue des démarches visant à instaurer des services d'injection supervisée (SIS) sur le territoire montréalais, la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, madame Lucie Charlebois, a annoncé que des services d'injection supervisée seront offerts dès le 22 novembre par le CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, en collaboration avec l'organisme communautaire Spectre de rue.

L'offre de SIS est rendue possible, dans ce troisième site fixe de Montréal, en raison de l'exemption qui vient d'être accordée au CIUSSS par Santé Canada, en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances. Cette exemption est accordée pour une période d'un an, et permettra d'ajouter l'injection supervisée à la gamme de services déjà offerts, en collaboration avec l'équipe de Spectre de rue. Les équipes sont déjà prêtes à accueillir les personnes qui s'injectent des drogues pour qu'elles aient accès à ce nouveau service de santé.

Faits saillants

Cette annonce fait suite à l'offre de SIS par le CIUSSS qui a été initiée en juin dernier à Montréal, en collaboration avec les organismes communautaires Dopamine et CACTUS-Montréal, et au sein de l'unité mobile de l'organisme L'Anonyme.

Rappelons que ces organismes communautaires offrent un espace où des personnes peuvent en toute légalité s'injecter des drogues, qu'elles apportent elles-mêmes, dans de bonnes conditions d'hygiène et de sécurité, sous la supervision du personnel infirmier et d'intervenants qualifiés.

Cette approche permet entre autres :

  • de prévenir la transmission par le sang du VIH et du virus de l'hépatite C;
  • de limiter les décès associés à des surdoses;
  • et de réduire l'injection de drogues dans l'espace public.

Les services d'injection supervisée font partie des nombreuses mesures mises en place par le gouvernement afin de lutter et prévenir les surdoses liées à l'utilisation d'opioïdes. Parmi les moyens en place, soulignons notamment la formation des paramédics pour l'administration de la naloxone ainsi que l'accès et la gratuité à la naloxone en pharmacie, et ce, sans prescription.

Mentionnons aussi qu'une Stratégie nationale de prévention et de réponses aux surdoses d'opioïdes est actuellement en élaboration et que celle-ci sera prête d'ici la fin de l'année.

 

Lire le communiqué complet 
Source : Cabinet de la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie

 

Un bilan positif après quatre mois et demi d'utilisation des services

Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal profite de l'annonce de l'ouverture du SIS offert dans le site de Spectre de rue pour rendre public le bilan des trois SIS en opération. Du 19 juin au 31 octobre 2017, les SIS offerts dans les sites fixes de Cactus et de Dopamine ainsi que dans l'unité mobile de L'Anonyme ont accueilli plus de 550 personnes pour un total de 6200 visites. La fréquentation des SIS a augmenté depuis leur ouverture. En juillet, le premier mois complet d'utilisation, 1190 visites ont été enregistrées et, en septembre, on comptait 1840 visites. La légère baisse en octobre (1400 visites) reflète la variation saisonnière habituelle de fréquentation des centres de distribution du matériel stérile d'injection en général.

Le directeur régional de santé publique du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, Dr Richard Massé, dresse un bilan positif des premiers mois d'utilisation des SIS. « Le profil des utilisateurs rejoints, la fréquentation en progression, les demandes des utilisateurs pour des services d'orientation, de référence ou d'accompagnement, tout cela démontre le bien-fondé du projet régional montréalais des SIS », souligne Dr Massé. Il ajoute que les objectifs visés sont atteints, en particulier, celui d'offrir aux utilisateurs un service de proximité sécuritaire où ils se sentent accueillis et à l'aise de demander du soutien, des références vers des services de santé comme le traitement de la dépendance aux opioïdes.

Les personnes qui utilisent les SIS 

Le portrait des utilisateurs des SIS démontre que les personnes ciblées sont rejointes :

  • la majorité (72%) s'injecte depuis plus de 5 ans;
  • environ 1 utilisateur sur 2 s'injecte tous les jours;
  • avant leur première utilisation d'un SIS, la moitié des utilisateurs s'injectait le plus souvent dans les lieux publics.

Fréquentation des SIS

Globalement, bien que la pleine capacité ne soit pas encore atteinte, on enregistre de nouvelles visites à chaque mois. De plus, les données font ressortir le rôle complémentaire de l'unité mobile dans l'offre de services :

  • près des deux-tiers des utilisateurs sont venus deux fois et plus dans un SIS;
  • le tiers est venu six fois et plus;
  • environ 20% des personnes inscrites (107 sur 554) ont fréquenté plus d'un SIS;
  • la majorité (78%) a utilisé le SIS mobile en plus d'un site fixe;
  • en septembre et octobre, 5% des visites représentaient une première utilisation du service.

Prise en charge des complications reliées à l'injection

Les SIS remplissent bien leur rôle. Depuis l'ouverture, 11 interventions d'urgence ont été effectuées :

  • administration de la ventilation ou de l'oxygène (11 fois);
  • administration de la naloxone par l'infirmière (4 fois);
  • appel au 911 (5 fois);
  • transport ambulancier (1 fois).

Services autres que la supervision de l'injection : 9600 interventions

Près de la moitié des visites dans les SIS ont fait l'objet d'au moins une intervention :

  • 60% par les intervenants des organismes;
  • 35% par les infirmières;
  • 5% par les pairs.

Globalement, les interventions ont porté sur :

  • la réduction des risques pour la santé (3316 interventions);
  • les conditions de vie et l'environnement (2742 interventions);
  • la santé mentale (2373 interventions);
  • la santé physique (619 interventions).

Principales raisons de consultations infirmières :

  • infections des tissus mous (abcès, cellulite, plaies);
  • dépendance aux drogues;
  • lacérations, éraflures et coupures.

Lire le communiqué complet 
Source : CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

 

En savoir plus : Services d’injection supervisée

catégories: Population, Santé de A à Z, Santé des hommes, Santé des femmes, Prévention, Actualités, Professionnel, Communiqués, Direction de santé publique, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal