Santé Montréal

- Professionnel, Actualités, Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)

Soigner nos aînés : des petits gestes qui font toute la différence!

 

 

Certains mythes et certaines attitudes de surprotection ont la vie dure et nuisent à la personne âgée hospitalisée. À titre d'exemple, il peut être très néfaste de manger de plus petites quantités ou de rester au lit durant de longues périodes sous prétexte qu'on est malade. Pour une personne âgée, une seule journée complète au lit peut nécessiter jusqu’à trois jours de récupération! Déboulonner les mythes et les remplacer par des pratiques exemplaires, selon un modèle clair et cohérent, peut avoir une incidence extrêmement positive sur la santé et la qualité de vie des patients.

Quand il rencontre un patient, le travailleur social allume la lumière, ouvre les stores, lui mentionne l'heure et la journée, ou lui rappelle de porter ses lunettes. Ces actions facilitent l’orientation du patient et contribuent à prévenir le délirium. De la même façon, l'infirmière de garde encourage le patient à marcher jusqu’au fauteuil pour prendre son repas ou à faire quelques pas dans le corridor dans le cadre de son programme de marche. En plus de favoriser la mobilité, le fait de se lever et de marcher fréquemment aide à prévenir les plaies de pression ainsi que les problèmes respiratoires, digestifs, cardiovasculaires, urinaires, etc.

Bien évaluer la personne âgée grâce aux signes vitaux « AÎNÉES »
Chaque personne vieillit différemment et il ne faut pas présumer de ses capacités ou établir un pronostic en fonction de son âge. Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) a créé les signes vitaux AINÉES, un outil clinique qui vise à améliorer l’évaluation de l’état de santé de la personne âgée hospitalisée, de prévenir les complications et d’intervenir rapidement en cas de détérioration. Maintenant utilisé à l’échelle provinciale, cet outil clinique est un élément central du cadre ministériel de l’approche adaptée à la personne âgée du Gouvernement du Québec.

Les six lettres de l’acronyme AINEES correspondent à six aspects cruciaux de la santé qui nécessitent une vigilance particulière chez le patient âgé :
A Autonomie
I Intégrité de la peau
N Nutrition et hydratation
É Élimination
E État cognitif, comportement et communication
S Sommeil

Un questionnaire d’évaluation et des actions systématiques, en lien avec ces aspects cruciaux, sont ainsi intégrés à la démarche clinique. En évaluant le profil AINEES du patient âgé à son arrivée à l'hôpital, et en continu durant son séjour, les médecins, le personnel soignant et les professionnels de la santé sont davantage en mesure de suivre sa progression et d'être alertés par une détérioration de son état de santé.


Une vision moderne de la gériatrie
Dre Lucie Boucher, chef du Service de gériatrie du CHUMLes gériatres, spécialistes des mécanismes du processus du vieillissement, connaissent bien les signaux à surveiller chez la personne âgée. Ils exercent cette vigilance de façon instinctive. Toutefois, le vieillissement de la population fait en sorte que la personne âgée se retrouve aujourd’hui dans toutes les unités de soins, de la médecine interne à l'hépatologie, pour différents problèmes de santé aigus. « L'approche adaptée est essentielle pour maintenir l'autonomie et la santé globale de la personne âgée. Tous les soignants et professionnels de l'hôpital doivent être sensibilisés à tous les aspects de cette approche, et pas seulement à ceux touchant leur spécialité », soutient la Dre Lucie Boucher, chef du Service de gériatrie du CHUM.

En complément de cette vigilance collective, le service de gériatrie est appelé en renfort lorsqu'une intervention plus pointue est nécessaire. Une équipe d'intervention mobile a été mise en place à cet égard et est formée, selon les besoins et les problèmes détectés, du gériatre, de l’infirmière de suivi systématique auprès de la personne âgée, d’un pharmacien et d’autres professionnels tels que physiothérapeute, nutritionniste, travailleur social, ergothérapeute ou autre. Au nouveau CHUM, un gériatre sera de garde aux urgences sept jours sur sept, ce qui permettra de bien évaluer le patient âgé dès son arrivée. Par ailleurs, deux gériatres seront en consultation aux unités d’hospitalisation et pourront se déplacer rapidement au besoin. « Le fait d'être réunis dans un seul et même hôpital va grandement favoriser nos interventions », ajoute fièrement la Dre Boucher.

Source : site Internet du Centre hospitalier de l'Université de Montréal

catégories: Professionnel, Actualités, Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)